A la lâcheté (attention, coup de gueule!)

Publié le par La Liseuse

A ceux qui se targuent d’une éducation, alors que les mots qui sortent de leur bouche condamnent la couleur d’une peau, je hurle de se taire! Un enseignement juste veut que l’on respecte tout être, tout individu, peu importe ce qu’il représente. Car ce qui nous fait, c’est ce que nous sommes.

 

Entièrement, pleinement, magnifiquement.

 

Pas ce que l’on donne. Pas ce que l’on vante. Pas ce que l’on transmet.

Ce que nous sommes.

 

A vos visages, je crache l’amertume d’une enfant qui a grandi loin de ses racines.

 

Ne craignez-vous pas la violence des représailles, vous qui ne fondez vos valeurs que sur la futile fragilité d’un épiderme?

 

A vos pieds, j’arrache la terre que vous foulez, car elle est pour vous une insulte d’une couleur honteuse. Enfoncez-vous dans l’antre gris du monde, où la couleur ne sera que verbe: haïr, se morfondre et disparaître.

 

Tenez-vous bien, parce qu’à vous, mon cœur n’est pas ouvert.

Qui êtes-vous? Pour arborer une fierté que vous affirmez devoir à votre teint?

Quels salauds ont engendré vos idéologies?

 

A vos bras, j’impose la lourdeur d’un choix qui vous déshonore.

 

Je suis belge. Québécoise. Française. Russe. Je parle anglais. Je vis dans un pays où les ombres seules ont la même couleur.

 

A vos yeux, je cloue des œillères, pour que vous n’ayez plus à souffrir de la vision d'un entourage où se cotoient la sincérité et le changement, les rythmes pulsés d'une planète vivante.

 

Contre votre âme, je m’insurge. Je cogne contre votre intolérance, votre bêtise, vos peurs trop solidement ancrées, vos idées toutes prêtes, emballées dans un vieux chiffon dégueulasse, où bavent l’injustice et l’ignorance.

 

A vos oreilles, je vomis ma colère, j’inonde vos tympans d’une tristesse sans limite.

 

Il est haut, mon drapeau, il est fier, mon drapeau, il est plein de saveurs, d‘odeurs, de corps, de noir, de brun, de jaune, de rouge, de gris, de blanc, de café, de chocolat, de moka, de beige, de poudré, il se tient droit!

 

Et que crèvent vos abcès d’ignominie.

Que meurent vos idées.

Que pourrissent vos illusions.

 

Le monde est couleur.

Le monde est beau.

 

 

m-benetton654.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article