A la Saint-Valentin, comble ton foie

Publié le par La Liseuse

Il y a la version aveu : « L’ABC du sexe vu par les hommes » (message subliminal, vous êtes une quiche au pieu)

Proposition coquine: la domination. « Mais je pense qu’il faut y aller progressivement, parce que sans être prévenu ça peut avoir quelque chose de flippant ! » Faudrait savoir, on fait péter la combi latex ou on joue à tagada-tsoin-tsoin ? 

La version sexe : « Accessoires coquins : pour une Saint-Valentin hot ! » (bah oui, c’est bien connu, on ne sort les joujoux que le 14 février, les autres jours, votre canard vibro cui-cui à strass amuse votre nièce de 3 ans)

 Proposition érotique: un jeu de l’oie sensuel. Hum. C’est moi ou ça sent l’arnaque à cent mètres ? « Chérie, tu avances de deux cases, et moi, je t’encu- je recule d’une case»

La version Let’s get married : « 20 bagues à se faire offrir à la Saint-Valentin » (oooh ! que c’est OR-I-GINAL ! J’ai un autre terme qui me vient immédiatement à l’esprit, dans une même tonalité : HOR-RI-PI-LANT)

Proposition financière: Y en a pas. Ha si : fuyez !!!! C’est un homme qui manque cruellement d’imagination !!!

La version déprime : « Peut-on être célibataire et heureux ? » (ha ben non, hein ! Faut pas déconner ! Mieux vaut être mal accompagnée que seule !)  

Proposition Prozac : « Mon existence en solo, je la vis pleinement ». C’est pour ça l’article terrifiant sur la vie de mère célibataire avec le nom et l’e-mail personnel à la fin ?

Et puis, il y a ma version: « Cinq techniques infaillibles pour être déchirée le soir des je-t-aime-trop-que-je-te-surkiffe-et-qu’-on-aura-deux-poissons-rouges-et-un-lama » (et que ça ne me concerne pas)

Proposition que c’est trop la classe: des copines, des bouteilles de rouge, des fous rires, des films de nénettes et une bonne bouffe. What else ? (Oui, d’accord, mais à part ça ?)

...

Au risque de paraître blasée, je l’avoue, je suis célibataire pour la première fois depuis trois ans. Je vous entends ricaner. Ouh, la vieille aigrie. Ouh, la pas contente. Bravo. Vous avez gagné.

Mais moi, au moins, lundi soir, je serai pompette sans craindre un torticolis à force de galipettes extravagantes, sans me demander si, lorsque je souris bêtement (nous sourions tous bêtement au restaurant, vous savez, cette demi-lune de benêt que l’amour vous flanque au milieu du visage ?), j’ai un bout de salade coincé dans les gencives, ni me soucier d’un scénario foldingue qui chavirerait les roustifioles de mon chevalier. Et de toute façon, c’est moi qu’il devrait faire chavirer. Pan. Les coups de reins à la Saint-Valentin, c’est sexy tout plein.

Mais alors quoi? Si j’en crois un reportage très sérieux, en fait, le 14 février est avant tout un prétexte commercial et un gouffre à pognon. Encore une fois, waouh ! Ha ben ça, c’est du scoop ! Vous saviez également que l’hiver il fait froid et que l’eau ça mouille? Incroyable ce que l’on apprend quand on lit les journaux ! Donc, les gens amoureux ne célèbreraient la Saint-Val que par obligation ? Parce qu’ « on » a décidé qu’il en était ainsi ? Au diable les soupirs mièvres, si seulement on pouvait se taper une suite en routine majeure « plateau télé – démaquillage – bisous – dodo »! Faudra m'expliquer la file de soupirants qui patientent chez le fleuriste, y a comme de la contradiction dans l'air...   

Ha et puis, petite bande d’égoïstes, une fois vos tergiversations terminées, y en a pour les autres, hein! Le 14, c’est aussi un jour spécial pour les célibataires! Rencontres sur le palier, sourires entendus « T’as vu ces deux crétins avec leurs roses ? … Si on faisait pareil ? », le clin d’œil qui se transforme en paroles,…  Autour d’une bonne cuvée avec des amis, on se rappelle nos échecs, nos tristesses, nos meilleurs coups, on évoque ces souvenirs qui, quelque part, nous entraînent dans une douce nostalgie, entre envie et plaisir. Et oui, nous AUSSI, nous profitons du 14 février. N’est malheureux que le célibataire qui le veut, ce jour-là. Parce que l’amour, ce n’est pas seulement une question de lingerie fine, d'orgie sexuelle et de cadeaux ; c’est également une question de sentiments. Et qui dit sentiments dit partage. Alors, vivons d’amitié, un moment...

Et finissons cela sur une note positive (je me sens l’âme poétesse):  A la St-Val, ce que l’on veut, … C’est que nos corps et nos cœurs s’emballent.

 Entre potes, entre amoureux, en famille, l’important, c’est d’être aimés…

 

-From La Liseuse With Love-

 

ps : sinon, j’en ai une toute belle :  

Un homme s’interroge sur le cadeau de Saint-Valentin qu’il offrira à sa femme. Il décide de demander conseil à un ami : « Je ne sais vraiment pas quoi lui acheter cette année… » Son ami lui répond : « Pourquoi ne lui achètes-tu pas un bon cadeau lui offrant 2h de sexe intense pour réaliser tous ses fantasmes, elle sera sûrement très excitée par ce cadeau !» Et notre homme d’offrir à sa femme ce cadeau très original…Une semaine plus tard, ils se rencontrent à nouveau. « Alors, tu as suivi ma suggestion pour le cadeau de ta femme ? » demande son ami. « Oh oui ! Tu avais raison, ma femme était très emballée. Elle m’a sauté dans les bras pour me remercier, m’a embrassé, puis elle est partie en courant vers la porte en criant : On se revoit dans deux heures ! »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article