And the beat goes on...

Publié le par La Liseuse

J’y vais ou j’y vais pas?

Si j’y vais, c’est tant mieux,

Si j’y vais pas, tant pis pour moi.

Donc, j’y vais pas \o/

 

C’est devenu ma rengaine. Depuis, quoi ? Deux semaines? Allez, je vais jouer à la fille honnête. UN MOIS ? Bande de p’tits sadiques, c’est qu’ils ont raison!

Avant, j’étais une fille "char d'assaut" (no comment). Jamais peur. Jamais froid aux yeux. Plutôt youpi tralala que « Oh non, pas cette fois ». Aucune crainte à prendre les devants, il paraîtrait même que ça plaît aux hommes. Puis j’ai mis mon appétit (pas celui-là, l’autre) en pause pendant trois ans. Noon, mater le voisin, c’est mal. Nooon, regarder le calendrier Dieux du Stade, c’est mal. Nooooooon, baver devant Robert Downey Jr, c’est vraiment TRES mal.

Et puis, un après-midi de printemps (c’est-à-dire, il y a deux heures), un ami très proche m’a flanqué un « Sérieux, t’as juste plus d’assurance, ou tu nous rejoues l’adolescente? ». Ben heu. La seule réponse que j’ai osé sortir a été un « Non » mâchouillé entre deux tasses de café crème. Un « non » plutôt.  J’aurais aimé lui répartir avec autant de franchise que j’en ai l’habitude. Mais… Pas possible. J’ai peur. Ouais, vraiment. Les chocottes. Un bon refoule. Un gros rejet. Un RA-TEAU. Vous savez, ceux dans lesquels vous rentrez avec autant d’élan que dans un mur, un peu ivre, à 4h du matin? Hé bien, ça, ça me TERRORISE.

Je croyais en avoir fini avec les aventures de la cour de récré:

« Tu veux sortir avec moi ? » … « Non, tu vois, c’est pas toi, mais c’est moi, j’me sens pas prêt »…

« Ha ouais, à 14 ans, je comprends, la life, c’est trop envahissant comme concept. »

Mais c’est que je suis rouillée, les p’tits loups. Comme une vieille Lada. Alors je préfère me taire plutôt que de bégayer des âneries. J’ai autant de grâce qu’une tractopelle devant une grosse motte de terre. Sauf que je suis l’ensemble de cette description. L’engin et la gadoue, c’est moi. Je regarde passer les jours comme une vache voit défiler les trains. L’alerte orange n’est pas seulement valable pour la météo. Elle s’est aussi incrustée dans ce qu’il me reste de neurones. Y a des inondations dans mon encéphale.

Pour me remettre en selle, ce sera donc une nouvelle paire de manches.

En attendant, promis, je ne donnerai pas une mauvaise réputation aux filles toutes seules.

Et puis, j’ai déjà envisagé ma solution : il me reste les yeux pour apprécier. Et je n’ai pas du tout le regard d’un cocker devant un paquet de croquettes.

Enfin…

Commenter cet article