Geai de Christian Bobin

Publié le par La Liseuse

Geai. J'ai.

Bobin. Encore. Une passion, une envie, un détour obligatoire.



Un livre vient s'ajouter à ma bibliothèque et prend place dans mes tiroirs intérieurs. J'en ressors des extraits, je me plonge dans cinq ou six pages et je savoure.

Déjà, que l'on prenne la peine de m'offrir un Bobin, c'est mettre la barre très haut. C'est dire "Je t'aime" en le pensant. Alors en plus, qu'une bague soit glissée dedans, c'est hurler "Je t'aime", le penser et que chacune des lettres du roman imprime le message dans mes neurones.

 

Geai. C'est tout petit, ça tient à peine dans vos mains et pourtant, c'est magnifique.

 

"Geai était morte depuis deux mille trois cent quarante-deux jours quand elle commença à sourire"

Albain est un petit garçon rêveur, qui aime tout. Les feuilles des arbres, les oiseaux, l'eau, les lavoirs. Quand il rencontre le sourire de Geai, sous la glace d'un lac, il l'aime déjà. Geai, institutrice défunte, va accompagner chacune des étapes de sa vie, laissant une empreinte de douceur sous la peau d'Albain, bien vivante.

Beaucoup trop court, beaucoup trop joli.

Bobin dresse un portrait dépourvu de cynisme d'un amour sain entre un enfant et une morte.

"Le vrai bonheur, c'est ça : un visage inconnu, et comment la parole peu à peu l'éclaire,
le fait devenir familier, proche, magnifique, pur. Voir, entendre, aimer. La vie est un
cadeau dont je défais les ficelles chaque matin, au réveil. La vie est un trésor
dont je découvre le plus beau chaque soir, avant de fermer les paupières :
Geai assise au pied du lit, souriante."


 

Geai est un livre à avoir. J'entends "j'ai", je vis "j'ai", à chaque page tournée, l'envie de plus.

Comme d'habitude, Bobin habille son texte de phrases courtes, à la syntaxe nuancée. Il partage les couleurs d'une nature qui ne doit plus se justifier; sa beauté est vivante, enivrante, présente.

Ne courez pas l'acheter. Ou alors en observant chacun de vos pas, chacune des rues sur lesquelles vos pieds se poseront, chacun des arbres que vous croiserez. Faites-le vous offrir. Noël, Saint-Nicolas. Des fêtes sacrées pour un bonheur sacré, ça se vaut...


J'ai aimé: ****

Commenter cet article