Pourquoi t'es comme ça?

Publié le par La Liseuse

Fais pas-ci, fais pas ça,

Pourquoi t’es comme ça ?

 

Je me rappelle l’histoire d’un ami. Un jour de grande inspiration, il demande à sa mère pourquoi il existe des gens plus forts. Elle lui répond (c’était une femme un peu… conne limitée…) que c’est parce qu’ils « mangent mal ». Deux jours plus tard, au supermarché, cet  ami (tout jeune, tout naïf, tout innocent), pointe du doigt une jeune femme bien en chair et crie à sa maman à l’autre bout du comptoir « Regarde, Maman, la madame, elle mange mal ! » Mille excuses et une descente faciale après, comment expliquer à son enfant que oui, mais non, ce n’est pas uniquement ça, tu comprends, la génétique, le manque de sport, la malbouffe, les troubles du système digestif...

Aujourd’hui, l’obésité n’a plus de limites. Toujours aussi mal vue par nos médecins et notre gouvernement, elle anime plus d’un débat sur nos ondes et dans nos médias. Avec toutes ces questions : Qu’est-elle réellement ? Quels problèmes engendre-t-elle ? Quelle limite atteindra-t-elle ?

Les termes thérapeutiques, très peu pour moi. Et les discours guindés… Je n’ai aucune culture médicale, si ce n’est celle que je me suis faite à grands renforts de rhumes (du thym, du miel et un bon dodo), de péritonite (c’est dingue ce que les médecins généralistes trouvent comme bêtises pour justifier la moindre petite douleur avant de se rappeler que l’on est un être humain et qu’avoir mal dans le bas de son ventre, à droite…) et de myopie (m’en fous, les lunettes, c’est érotique). Non, c’est plus la clause sensible du contrat qui m’intéresse. Qui sommes-nous pour juger ? Est-ce que le fait d’avoir cinq kilos de trop nous rend laid(e) ? Et le charisme ? Le sex-appeal ? La séduction ? La beauté intérieure ? Face à la moindre petite poignée d’amour, faut-il avoir peur ? C’est contagieux ?  Sommes-nous hypocrites au point d'affirmer haut et fort dans nos médias qu’être ronde, c’est prodigieux, alors qu’à la maison, nous pesons nos aliments et affrontons la balance (depuis le premier régime...) comme Napoléon les Russes ?

 

215461_237647652_218519-750373481-se-peser-deja-h192344-l_H.jpg

 

Ce qui m’étonne, c’est que l’on ne fait plus la différence entre les gens qui n’ont que trois kilos à perdre, ceux en surpoids léger et ceux dont l’IMC (indice de masse corporelle) dépasse 28. Tous le même combat ! Hé là-bas, mes amis ! Que les choses soient claires. Je suis moi-même passée par plusieurs stades avant d’être enfin bien dans ma peau et de me retrouver dans un corps que j’aime. Entre cinq et vingt-cinq kilos dans le colimateur, il y a un monde de différence! Je ne veux pas ici banaliser le discours médical (car être plus fort engendre parfois de graves problèmes de santé), ni faire l’apogée des rondeurs et encore moins taper un scandale en sublimant la maigreur. Je ne comprends pas, point. 

Parce que pour moi, un individu est un tout. Et c’est cet ensemble qui rend au personnage sa beauté. J’aime les gens, comme ils sont. Je les accepte, avec leurs défauts, leur beauté, atypique ou classique, j’aime poser mon regard sur leur corps car j’y vois, j’y ressens leur histoire, leurs peurs, leur grâce, leur charme. Nous nous détruisons avant même que la société ne le fasse. Par l’éducation que l’on reçoit, nous enregistrons que des formes peuvent être vues comme la plus belle des féminités ou la plus monstrueuse (désolée, ces propos peuvent paraître choquants, mais j’en connais !) des affirmations féminines. Tout n’est qu’apprentissage et encodage psychologique (maternel/paternel/familial/scolaire)... Puis les médias englobent tout cela d’une intelligente manipulation et selon nos valeurs, tout se confirme ou s’infirme. La maigreur des années 1980 n'est plus d'avant-garde, nos sociétés grossissent? Allez, hop, pour l'été, un petit boost de rondeurs et hop, le maillot taille 46.

 

V63_SOLVE-SUNDSBO_08.jpg 

 

Mais soyons réalistes. S’il existe autant de différences entre les visages, les couleurs de cheveux, de yeux, de peau… Ne peut-il pas y avoir différents "formats" ? Avec leurs particularités et leur beauté ?

 

6376 s-copie-1

 

   

Heureusement, il existe des associations comme la Coalition Corps-Accord, qui s’est donné pour mission de valoriser la diversité des formats corporels. Chaque année, ils décernent un prix à une publicité jugée saine et valorisante pour l’image de la femme. Bombardés de publicités (environ 3.500 par an), nous perdons la notion de ce qui est "réaliste" et ce qui est "numérique".

Exemple ?

 dove12

 

cremes-minceur-ventre-plat-somatoline-4303806sxrim_1933.jpg

Je ne suis pas du genre à favoriser un type physique. Aucun aspect n'est à négliger. Ce qu’il faut, c’est être bien « dans soi ». Facile à dire, je sais… Mais nous avons tous, en nous, cette petite voix qui a besoin de s’affirmer et de se sentir… Rayonner.

Les Nénettes, les Zhoms…

Douce journée à vous !

Commenter cet article

Néo 29/05/2010 17:10


Bonjour!
J'ai découvert ton blog grâce à la communauté "pour nous les filles": il est très sympa!
Bravo pour cet article en tous cas!
Je continue à me promener au fil de tes articles... ;-)
Bonne journée


La Liseuse 29/05/2010 18:24



Bonjour Néo!


D'abord un tout grand merci :) Je suis passée sur ton blog également... Quel courage! Je croise les doigts pour toi et je te souhaite un rétablissement et une poursuite dans les plus belles
conditions! Quelle force tu as du déployer pour passer le cap!


Nous nous recroiserons sûrement au fil de nos articles! Bisous et bonne fin de journée!