Un peu de moi...

Publié le par La Liseuse

Aujourd’hui, pas de mode, pas de tendance, pas de fashion,

pas de bling-bling, pas de gang bang.

 

 

Ce n’est qu’un minuscule aspect de moi-même, tout ça, juste des phares illusoires qui teintent mes nuits quand elles se jouent de mes insomnies.

 

Bref portrait de mes humeurs du moment.

 

Je me maquille peu. Je suis d’une nature sensible.

Je m’habille simplement, avec naturel.

 

Je ne cracherai jamais devant une robe Etam. Même si elle n’est que la pâle copie d’une Marc Jacob.

Je tente d’être moi-même, oui, j’essaie, je vogue, je suis.

 

J’étudie les lettres pour leur amour. Pour ce qu’elles me procurent. Parce qu’elles savent avertir et divertir. Parce qu’elles sont des armes avant d’être un art.

 

J’apprends des êtres humains, je gobe leurs traits, leurs caractères, leur sociabilité, leur empathie.

Je suis fragile, très.

 

Quand je ne dois pas, je suis exigeante.

Quand c’est trop difficile, je suis perfectionniste.

 

Je pleure parfois, parce que je n’aime pas ce que je vois, parce que je n’aime pas ce que je vis.

Je crie souvent, contre tout ce qui me heurte, ce qui me vexe, ce qui me blesse.

Je souffre d’un énorme complexe du Corn-Flakes. J’me trouve pas toujours très belle.

 

Je ne sais pas regarder un animal souffrir, mais si vous chutez devant moi, ça me fera d’abord rire.

Je suis faible devant des cacahuètes et forte devant un brownies.

 

Je me sens petite devant une miniature de la tour Eiffel.

Et immense face aux chutes du Niagara.

 

J’aime prendre la parole en public, je déborde toujours sur le temps accordé. Je crois que ça plaît.

Je me sens mal à l’aise en petit comité.

Quand je bois, je suis très drôle.

 

J’ai un rire communicatif. Je ne peux me retenir de bailler quand quelqu’un ouvre la bouche d’une manière étrange.

 

J’écoute Elvis, Fats Domino, Bill Haley, Moby, Bob Marley, Michaël Jackson, Mélody Gardot, Faithless, Dire Straits, Bashung et Supertramp comme si je les connaissais. Vraiment.

 

Et là, je suis avant tout seule.

 

Commenter cet article