Summertime

Publié le par La Liseuse

 

Enfin. Oui, ça y est.

Dans les parcs, fous rires et guitares.

Sur les visages, Monoï et rougeurs.

Entre les corps, chaleur et tendresse.

Ils jouent, comme des enfants, des désirs plein les mains, un verre aux lèvres, leurs cheveux s'emmêlent, ils ont les vêtements tout en nuances d'herbes et d'amitié.

Ils font l'amour derrière les rochers, cachés à l'ombre d'un chêne, ils murmurent qu'ils ne se quitteront jamais, pas avant la fin de la saison.

Leurs accents réchauffent les envies, parfum solaire presque érotique, embrassez-vous, embrassez-moi. Venez forcer ma bouche, que j'engloutisse vos suavités.

Les robes, plus courtes, les cris, moins étouffés. Ma solitude, un rien plus exaspérée.

Des chemises s'entrouvrent, viens, Soleil, viens poser tes griffes sur son torse.

Le pschit d'une bouteille qui s'ouvre, la sieste crapuleuse et le panama.

Mes yeux se posent sur leurs épaules, nudité dont je me régale, enfin les pudeurs cessent.

Les hanches ondulent au rythme de l'instrument, bientôt ils cesseront de croire que l'été sera calme.

Enfermer ces rires à chaudes gorges. S'en servir, le soir, pour faire vibrer l'atmosphère d'un appartement trop vide. Les laisser glisser entre mes seins et faire monter le plaisir. Demain, je reviendrai vous regarder.

Commenter cet article